Souvenirs d’une enfance heureuse

Par / 29 août 2018 / À coeur ouvert /

L’été tire à sa fin. La rentrée, à peine amorcée, me tortille le ventre. Début septembre éveille en moi une certaine nostalgie. Il me replonge dans mes doux souvenirs d’enfance, ceux où on laissait place à la spontanéité, à jouer librement près de la maison ou à profiter de la nature qu’offre la Gaspésie. Ces instants créatifs, emplis de simplicité (in)volontaire, où on ne voyait pas le temps filer. Des moments inoubliables partagés avec ma sœur, mon frère et toute la grande famille.

La cour

Chez nous, dans notre minuscule cour, c’était le carré de sable et la balançoire, dont le grincement faisait écho à la corde à linge de ma grand-mère. Nous avions la chance d’habiter juste à côté de l’école et de profiter de ses (simples) structures de jeux et de la piste d’hébertisme, un peu plus loin près du cimetière. La chasse aux vers de terre était ouverte; madame Germaine payait 5 cents le ver pour sa pêche! Que dire des nombreuses soupes et potions magiques concoctées avec les brindilles de la nature trouvées dans la cour. Les oisillons avaient leur nid dans la cabane à oiseaux accrochée juste au dessus de la porte du garage. On se lançait la balle, on jouait au «garage» avec nos vélos (mon frère avait un Motocross!) et à la cachette avec les voisins. On ne se cassait pas le bicycle!

La plage

Les instants d’été passés à la plage font partie de mes ineffaçables souvenirs d’enfance. Du bord de mer dans la péninsule, c’est pas ce qui manque! On s’évadait une bonne partie de la journée, souvent avec un pique-nique que maman avait préparé et on allait se prélasser au soleil, à la recherche de p’tites églises et autres coquillages. On s’installait souvent à la cabane à Eudore, non loin du quai. C’était plus tranquille et les gros billots de bois, sur lesquels on naviguait, étaient plus faciles à trouver. Il y avait le spot à terre glaise, en bas du golf, où l’on profitait de la thalassothérapie gracieusement offerte par Dame Nature. Même les adultes se prêtaient au jeu! Et que de bons moments passés à la Sheevienne, juste à côté du camping, où de nombreux feux de grève avec les amis de la famille ont illuminé nos soirées d’été, à se conter toutes sortes d’histoires, des vraies et des moins vraies, et à contempler le ciel étoilé et son immensité.

La forêt

Les dimanches ensoleillés d’automne étaient réservés aux promenades dans le bois en famille, avec mes tantes, mes oncles et ma cousine. Le petit pont suspendu aux deux-ruisseaux nous intimidait un peu, mais on finissait toujours par le courir d’un bout à l’autre, en se rappelant qu’il céderait peut-être (pour de bon cette fois!). On se bourrait la face dans les bines de ma tante Yolande et on s’empiffrait de dessert des «matantes». On embarquait dans la boîte du pickup de mon oncle Lauréat, à la recherche de perdrix et surtout dans l’espoir d’apercevoir enfin un chevreuil. Ou encore les simples rides en Poney (celui avec moteur!), à sillonner les chemins de garnotte dans le fin fond des terres, Kenney Rogers dans le tapis, envoye «Loucille», par ici le bonheur!

Aujourd’hui, je souhaite enseigner à mes enfants la simplicité, le goût de la nature et l’importance des relations saines. Sans s’en rendre compte, nos filles créent leurs propres souvenirs d’enfance. L’instant présent forme leurs souvenirs de demain.

Voici quelques inspirations pour initier des moments propices aux souvenirs avec vos enfants!

 

 

Les souvenirs olfactifs de mon enfance


On a tous des souvenirs olfactifs liés à notre enfance. À la savonnerie, plusieurs odeurs me transportent à cette jeune époque. En voici quelques exemples.

Un dimanche en forêt
Ce savon me transporte tout droit dans la forêt, celle où j’ai passé plusieurs dimanches d’automne en famille, à expérimenter la cueillette de gomme de sapin et à brûler quelques branches autour d’un feu.
Savon au sapin baumier

Fouille pas dans ma sacoche!
L’odeur de la menthe verte me replonge le nez dans le fond des sacoches de mes tantes, qui avaient toujours une gomme ou un p’tit bonbon «fort» à nous offrir!
Savon à l’argile blanche

Ça sent le mononcle!
Chez nous, le mononcle qui sentait le parfum, c’était mon oncle Lauréat! Celui qui racontait les meilleurs blagues (pour enfants bien sûre!) et qu’on aimait bien taquiner pendant son roupillon…
Savon au porto pour lui

Chère grand-maman…
L’odeur de ce savon me rappelle ma grand-mère, elle qui avait immanquablement un p’tit remède à tout bobo. Les pommettes roses et l’œil vif, elle avait notre confiance absolue pour nos soins: évidemment, c’était une grand-mère!
Savon au thé rooibos

 

Amusez-vous à associer les odeurs de nos produits à vos souvenirs d’enfance!

 


Abonnez-vous à notre liste de diffusion!




J’aime, je partage!

Facebook

4 commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter que vos commentaires doivent être approuvés avant d’être publiés.