L’histoire du savon de pays à travers le monde

De la Syrie au Maroc, du Nord au bassin Méditerranéen, chaque région du monde possède son savon de pays et l’histoire qui s’y rattache. De tout temps, en tout lieu, on ne ménageait pas nos efforts pour l’entretien domestique et l’hygiène. Gras animal pour certains, végétal pour d’autres, les habitants fabriquaient leurs savons naturels selon les produits disponibles dans la région. À l’approche du printemps (et du grand ménage!), faisons un tour du monde et de ses différents savons traditionnels.

Savon d’Alep


Depuis plus de 3000 ans, le savon d’Alep (Syrie) est fabriqué de génération en génération par des maîtres savonniers, après la récolte des olives en novembre. Fait à partir d’huile d’olive et d’huile de baie de laurier (pulpe du fruit Laurus Nobilis), il est l’ancêtre des savons «durs» (dits à froid). Cuit des jours durant et coulé à même le sol sur d’immenses surfaces, il sèche pendant des mois. Un procédé de fabrication artisanal spectaculaire! L’odeur terreuse de ce savon de pays légendaire nous plonge tout droit dans l’histoire du Moyen-Orient. Son appellation n’étant pas contrôlée, le savon d’Alep se fabrique également ailleurs qu’en Syrie, notamment en France. Le meilleur moyen de valider «l’authenticité» de ce savon est de questionner le marchand chez qui vous vous l’êtes procuré pour en connaître sa provenance.

Savon de Marseille


Voyons maintenant la star de la cité phocéenne: le savon de Marseille. Les premières fabriques de savons de ce coin de Provence voient le jour il y a plus de quatre siècles. Initialement composée de 72% d’huile d’olive et sans ajout de parfum, cette authentique barre est utilisée pour les soins du corps, notamment pour les peaux sensibles. On trouve également le savon de Marseille version «ménage», avec des pourcentages et des huiles qui diffèrent de la version originale. Le véritable savon de Marseille doit correspondre au procédé de fabrication approuvé, ce qui limite l’ajout d’additifs de synthèse. Un savon qui rappelle notre savon du pays pour sa pureté (peu d’ingrédients) et ses utilisations simples et nombreuses.

Savon de Marseille

Savon de Castille


Laissons le chant des cigales marseillaises pour se diriger vers les châteaux espagnols et découvrir le fameux savon de Castille (Castillo voulant dire «château» en espagnol). Sa composition 100% huile d’olive a fait de lui un savon de luxe, employé par les familles royales d’Europe. On l’utilise pour le corps, le linge, les cheveux et l’entretien ménager. Un savon simple et tout usage, comme notre bon vieux savon du pays (encore une fois!). Aujourd’hui, sa composition combinée à d’autres ingrédients ouvre le débat sur l’appellation «Castille» de ce produit.

Fabrication du savon à l’ancienne

Savon noir


Traversons la Méditerranée pour nous rendre au Maroc, où se trouve le savon noir. On trouve le savon noir sous forme solide ou liquide. Il est employé pour les soins du corps (traditionnellement dans les hammams avec un gant de gommage) ou encore pour l’entretien ménager multiple. Composé de potasse et d’un corps gras (souvent de l’huile d’olive, mais aussi de l’huile de lin, de noix, de maïs…), la couleur de ce savon de pays peut varier de vert foncé à brun, tirant sur le noir. Sa texture liquide est d’ailleurs assez épaisse (s’apparente à celle de la mélasse). Très concentré, on doit le diluer pour l’utiliser pour la lessive, pour nettoyer et dégraisser, pour l’entretien des pinceaux, etc.

Notre savon du pays


Revenons dans la blancheur du Nord. Pas de champs d’oliviers ni de lauriers! Jadis, le gras le plus accessible et le moins coûteux était sans contredit le gras animal, le «suif». Les Gaulois utilisaient d’ailleurs la cendre de hêtre et le suif de chèvre dans la fabrication de leur savon. Jusqu’au milieu du 20e siècle, en France comme au Québec, le savon industriel et manufacturé restait un produit de luxe pour les familles. En fabriquant leur propre savon du pays, nos grand-mères faisaient des économies, en plus d’avoir un savon efficace et aux usages variés (il était bon, paraît-il, pour le cuir chevelu ou pour guérir les plaies…). On recueillait le gras animal pendant l’hiver pour débuter la fabrication du savon au printemps, suivi du séchage. En Acadie, c’est l’huile de foie de morue ou de loup marin qui servait de gras. Du local!

Le savon du pays, d’habitant ou de ménage, dont les recettes et les noms varient, se fabrique encore aujourd’hui. Au Quai des Bulles, notre savon du pays se fabrique sur 3 jours (brassage, démoulage, estampillage) pour sécher un minimum de 30 jours. On emploie le gras de bœuf (pour une brique bien dure, qui dure longtemps!). Très populaire pour ses propriétés détachantes, on peut également l’utiliser pour le corps (oui, même pour les peaux sensibles, car savon simple et sans parfum), camping, voyage, plein air, etc. Dorénavant, vous ne verrez plus le savon du pays de la même manière, car dans cette brique de 125 g se cache l’authentique histoire de vos ancêtres…

Vous désirez fabriquer votre propre savon à lessive liquide? Je vous dévoile ma recettepar ici!

Savon du pays du Quai des Bulles


Abonnez-vous à notre liste de diffusion!




J’aime, je partage!

Facebook

Leave a Comment

Veuillez noter que vos commentaires doivent être approuvés avant d’être publiés.